lundi 21 juillet 2014

Projets Inachevés : Prime-Time

Pour cette histoire, le dessinateur Horlod a affublé Arkady d’un graphisme lorgnant vers un esprit manga tout en conservant la sauvagerie qu'elle manifeste lors de ses attaques. Malheureusement, après un autre projet commun, Horlod et moi-même n’avons pas remis le couvert. Ce scénario demeure orphelin. Cela ne veut pas dire que je ne souhaite pas l’achever, car le plus gros du travail préparatoire a été fait en amont.



Alors, Prime-Time c’est quoi ?

Employée comme garde du corps de la vedette de la série des "Tealight", l’acteur Michaël Suave, Ethel Arkady découvre que celui-ci est mêlé malgré lui à des meurtres crapuleux liés à un trafic de Snuff-movies en ligne. Avec l’aide d’un inspecteur de police surnommé « le Bouledogue », elle s’engage dans une enquête dangereuse. Ensemble, ils constatent que politiciens et maffia albanaise s’entrecroisent dans une danse funèbre. Posant trop de questions, elle est faite prisonnière. Confrontée à une redoutable Égrégore, elle mène un combat désespéré sous l’œil indiscret des caméras. Mortellement blessée, elle est sauvée par le Bouledogue. Ce spectacle inédit permet au caïd Dragàn Svàrek d’empocher de grosses sommes d’argent...



 



Le deuxième tome devait suivre la vengeance d’Ethel Arkady sur Dragàn Svàrek.
Remise de ses monstrueuses blessures, Ethel Arkady fait appel à ses complices, dont la magicienne Erzébet Bathory. Ensemble elles piègent le caïd dans sa villa alors que celui-ci est en plein conciliabule avec membres de la Loge de l’Ombre, une organisation de vampires. Au cours de la lutte sanglante, Ethel Arkady retrouve sa Némésis, le vampire Edward Helmut Heinlein dont elle était autrefois la goule esclave…

Outre ses passages d’actions et de gore, l’histoire en rajoutait une couche de parodie sur la saga Twilight via le personnage de l’acteur lâche et queutard Michaël Suave. Je souhaitais relier la thématique des Snuffs-Movies à celle des Reality Shows, les uns rendant poreuse la frontière entre ce qui est montrable ou non devant un écran. L’humiliation et la violence psychologique érigées en parangon des qualités humaines, n’est-ce point là le début d’une glissade vers l’horreur, bien réelle cette fois, qui s’infiltre de plus en plus dans nos rapports sociaux ?

Mais n’allez pas croire que ce scénario est un pensum philosophique ! Même si mon objectif premier dans les histoires d’Arkady est de m’amuser et de divertir le lecteur éventuel, je pense qu’il faut toujours un fond de vérité pour soutenir un tel récit.

Les quelques planches présentées sont dans une version un peu plus lourde que d’habitude pour que vous puissiez lire les textes le plus confortablement possible. Nous avions encore quelques heures de travail pour affiner notre approche graphique…







La suite de cette séquence prend la forme d'un découpage de ma main, attendez-vous donc à une sensible baisse de qualité technique...




 
Quelques recherches de couvertures pour achever le tout... 





Enfin, une petite chanson qui résume bien la personnalité d'Ethel Arkady !