samedi 31 décembre 2016

Les Galeries du Royaume de Yelgor : part 2 : Didizuka.

Douze chapitres, Douze illustrations dont six sorties des pinceaux et des arpèges plumitifs de ma complice Didizuka. Chacune de ses images aura contribué à étoffer ces chroniques en expansion constante… En passant, je vous invite à compulser ses très bonnes BD en ligne : Cut Off et Elle était là. Je vous souhaite de bonnes fêtes, et une bonne année, en espérant que 2017 soit moins catastrophique que 2016...






_____________________________________


lundi 26 décembre 2016

Les Galeries du Royaume de Yelgor : part 1 : Duarb Du.

Douze chapitres, Douze illustrations dont six sorties des crayons et de la plume psychotiques de mon complice Duarb Du. Que ses enluminures soient célébrées dans cette page, juste pour le plaisir des yeux. De quoi vous invitez à replonger dans Les Chroniqes de Yelgor












_____________________________________



mercredi 21 décembre 2016

Les Chroniques de Yelgor : La Nuit de l'Auberge Sanglante chap 12/26

Douze mois, douze (courts) chapitres, douze illustrations de deux dessinateurs différents et talentueux, tels avaient été les consignes que nous nous étions données pour Les Chroniques de Yelgor. Le contrat a-t-il été rempli ? À la fois oui… et non. Oui, car bon an, mal an et malgré les turbulences de la vie moderne occidentale, nous sommes parvenus à concevoir le contenu aux dates butoirs, et non – et là toute la faute m’en incombe –, le récit est très loin de s’achever sur ce chapitre 12. 

En effet, ce qui devait n’être qu’une scène de bagarre dans une auberge, dans le plus pur style des pires jeux de rôle, s’est trouvé doté au fur et à mesure d’enjeux assez forts. Des personnages ce sont distingués passant de l’arrière-plan au premier plan alors que je ne songeai pas à leurs donner cette incidence sur la narration.

Bref, comme vous avez remarqué dans le décompte, on en prend encore pour une année – plus ou moins – pour achever cette Chronique… Qui n’est pas la première, car il va valoir relier tous les fils du récit que j’ai lancé. Les prochaines histoires perdront un peu de leurs aspects improvisés pour se structurer, partant à la découverte de ce grand Royaume malade qu’est Yelgor. Je remercie bien bas les deux artistes Didizuka et Duarb. B. qui ont enluminé les textes pour le plaisir de vos petites mirettes.



Illustration par Didizuka.

[Chapitre 1 : Le Chevalier]
[Chapitre 7 : Tension !] 
[Chapitre 8 : L'Auberge Sanglante]
[Chapitre 9 : Le Sang de Sol]
[Chapitre 10 : Duels]
[Chapitre 11 : Alita et Zed]

Bodre s’éveilla avec une redoutable migraine qui le ceignait d’un cilice d’épines chauffées à blanc. Il était étendu dans un lit une place, le Dauphin toujours comateux à sa droite. Malgré le couteau qu’Alita avait lancé dans sa jugulaire, l’enfant respirait encore. Une âme charitable avait entouré la lésion sans ôter l’arme. Une sage décision, constata le vieillard. D’ailleurs, la quantité de sang ne paraissait pas aussi excessive qu’il l’avait d’abord cru – les céphalées ne facilitaient pas ses efforts de concentration pour demeurer conscient – ce qui l’amena à reconsidérer le geste de sa tenancière favorite. Malgré tout, la manœuvre restait incroyablement risquée et la moindre erreur aurait été fatale au jeune homme.

La soif lui tenaillait la gorge. Bodre tenta de se lever, mais ses muscles eurent à peine le temps de se mouvoir de quelques pouces que le rongeur fou de la souffrance osseuse se fraya un chemin dans sa colonne vertébrale, la modulant selon son bon vouloir. Il poussa un long hululement sinistre. Sa voix porta au-delà des murs puisqu’un rectangle de la forme d’une porte se creusa dans la surface grisâtre et lisse qui couvrait la pièce. La teinte se dégrada avant de laisser la place à une source de lumière vive qui lui écorcha les rétines. Des silhouettes floues émergèrent et il lui fallut quelques instants d’adaptation pour percer le voile de sa douleur et reconnaître la démarche athlétique de Tigrishka.

La jeune Sylvestre le fixait de ses yeux violets avec une sincère inquiétude. Elle était accompagnée par le Chevalier qui escortait le gamin. Le regard mauvais de l’envoyé royal ne présageait rien de bon. Malgré le flux et reflux de la souffrance, Bodre devinait la prodigieuse tempête qui couvait sous son front. Eldridge jeta un œil sur l’enfant qui reposait à côté du vieil homme puis soupira un grand coup.

— Enfin conscient, vieillard ! Par l’Unique ! Qu’est-ce qu’il se passe en haut ?
— Je… Alita et Schiscrim… Elles affrontent des horreurs ! Vous devez… Vous devez… Zed, il est devenu… une… chose… innommable !

Il gargouilla, alors que de nouveau le rat lui fouillait le dos. Ses poils métalliques grattaient ses os, crissaient contre le calcium, arrachant à chaque passage une infime poussière de sa substance. Très loin au-dessus de son tourment, il devinait les doux coussinets de Tigrishka qui appuyaient sur sa tête.

— Chut… Votre bassin est cassé, Bodre. Seule ma mère peut se servir des objets de guérison. Il faut que vous restiez le plus immobile possible pour le moment…

Bodre tourna de l’œil, emporté par un nouvel assaut de souffrance. Tigrishka l’étendit sur le brancard puis se retourna. Elle planta ses deux pupilles verticales dans les yeux bleus comme l’acier du Chevalier. Elle le dépassait de deux têtes et le toisait avec insolence. Bien que les Sylvestres aient aidé les héros de la Prophétie – louée soit-elle – Eldridge se méfiait d’eux comme de toutes les engeances qui peuplaient l’auberge malfamée de la Noctule. Il n’accordait pas le moindre crédit aux paroles que proférait la féline.

Le Chevalier serra la main autour de la poignée du coutelas qui lui restait. Le geste de la Noctule l’avait non seulement surpris, mais il avait surtout anéanti tout espoir de servir les vœux de son suzerain. Défait de sa mission, il ignorait s’il devait maudire les idées de sa Grandeur et retourner au pays, ou alors passer au fil de sa lame rédemptrice les choses inhumaines que l’ancienne comparse de Jehan avait rassemblées autour d’elle.

— Je vais avoir besoin de vous, Chevalier ! Je ne sais pas ce qui se passe, mais ma mère aurait dû nous rejoindre depuis longtemps. Je sais me battre, mais quoi que soit devenu Zed, je crains de ne pouvoir lui faire face sans aide.
— Créature, je ne sers que l’Unique et mon suzerain. À cause de vous, des vôtres, j’ai failli à ma mission ! Vous aviez promis de m’aider, mais vous ne faites rien !
— Parce que je ne peux pas me servir de la magie régénératrice de l’Abri Anam’tique. Seule ma mère possède les connaissances suffisantes pour ça.
— Votre mère… Elle avait la confiance du roi Jehan et voici ce qu’elle a fait.

Dans un débordement de colère, le Chevalier tendit le doigt vers la forme grisâtre du Dauphin qui gisait dans le lit blanc.

— Aurait-elle voulu poignarder dans le dos notre suzerain qu’elle n’aurait pas procédé autrement !

Les poils de Tigrishka se hérissèrent et sa crinière flamboya autour de son mufle comme une collerette. Elle souffla au visage d’Eldridge qui réagit promptement et tira la dague de son fourreau pour la coller sous sa gorge. Tous deux basculèrent contre la couche du Dauphin qui gémissait dans son inconscience ouatée. Les pupilles de la Sylvestre se rétrécirent jusqu’à n’être plus que deux traits dans l’immensité de ses iris zinzolins. Tigrishka attrapa son poignet pour conserver la lame sur sa trachée.

— Vous allez m’égorger, oui ? Comme les hommes de Zed ? Êtes-vous à ce point immature, Chevalier ?

Eldridge tremblait de tous ses membres. La lumière crue qui émanait des murs l’éblouissait. Il relâcha sa prise, mais la Sylvestre le maintenait. Il ignorait ce qu’il devait faire. La voix de son roi intérieur s’était tue en lui. Il s’efforçait de retrouver sa présence familière qui l’aidait à résoudre tous les dilemmes. Arnassus d’Hersculape, son maître, lui avait enseigné l’avantage qu’il y avait à penser à son « suzerain intérieur ». « Lorsqu’une situation vous dépasse et que vous désirez intervenir pour l’honneur, la justice et votre roi, avait-il dit ce jour-là dans la cour d’entraînement à ses écuyers épuisés par les moulinets de sa Faucheuse, souvenez-vous toujours de ce qu’il a accompli contre les Dieux Noirs. Imaginez-le guider votre main, parlez-lui. Demandez-lui comment il aurait agi dans votre position et suivez ses conseils. »

Sauf que les chansons et les contes ne mentionnaient pas de Noctule femelle et encore moins une ribambelle de gniards d’origines ethniques variées, ni cet endroit déconcertant, où les portes s’ouvraient dans les murs et où d’étranges fenêtres perçaient sans douleur la peau du corps humain. Déboussolé par tant de choses nouvelles, son roi intérieur avait disparu, escamoté par le faciès grimaçant d’Alita. Un frisson secoua Eldridge. Malgré lui, des sanglots honteux montèrent dans sa gorge. Sans réaliser quand sa position avait changé, il se retrouva à hoqueter dans la fourrure de Tigrishka qui lui tapotait fraternellement les omoplates. Il baragouinait des prières sans forme à l’intention de l’Unique qui ne lui répondait pas. La chaleur du corps de la Sylvestre et son odeur l’entouraient de leur patiente gentillesse.

— J’ai failli, grommela-t-il. Le Dauphin… Mort…
— Non. Ma mère n’aurait pas fait ça. Je pense au contraire qu’elle vous a sauvé la mise, mais nous n’avons que peu de temps avant que le Dauphin ne s’unisse à la Grande Unagût.

Eldridge ne comprenait pas ce que la Sylvestre proférait, mais il saisit le sous-entendu funeste, aussi passa-t-il enfin outre ses barrières mentales pour accomplir sa mission. Ravalant ses larmes et essuyant ses yeux avec de grands gestes, il s’arracha à l’étreinte de la Sylvestre. Une inquiétante chaleur envahissait son ventre. Il se surprit à rougir de honte en essayant de taire un sentiment peu honorable. Les fragrances de la créature lui tournaient la tête. Il parvint à conserver la rigueur de son maintien malgré ses joues rosies par l’afflux de sensations contradictoires. Il rangea son coutelas dans son étui, sous sa cape de fourrure.

— Vous… Vous ne direz rien à personne ? Son visage se leva vers elle, cherchant, fébrile et inquiet, un acquiescement.
— Non. Cela ne concerne que nous, bien sûr.
— Il y a une seule difficulté, dit Eldridge en reniflant. Toutes mes armes sont restées dans l’auberge.
— Ce n’est pas un problème, l’assura Tigrishka.

Derrière eux, Bodre gémit, les yeux mi-clos, prisonnier des griffes glaciales de la souffrance. Tigrishka tira d’une armoire une sorte de Poing de Feu modifié comportant sur son corps principal un réservoir empli d’un liquide ambré. Elle posa la gueule de l’engin sur l’épaule du paysan qui ferma les paupières. La substance propulsée dans son organisme par la capsule de gaz atténuait déjà les gesticulations du rat enflammé qui lui dévorait les os. Cette opération achevée, elle occulta la forme prostrée du vieillard d’un rideau laiteux.

— Je reviendrai avec ma mère, dit-elle à Bodre. Dormez un peu. Je vous ai administré des antidouleurs.

Elle se tourna vers Eldridge.

— Suivez-moi !

Elle ne ralentit même pas devant le mur clos. Sa couleur eut à peine le temps de pâlir que Trigrishka sautait à l’extérieur, accompagnée d’un Eldridge encore déstabilisé par son aventure.
 
_____________________________________

Un peu de musique pour se mettre dans l'ambiance...


mardi 29 novembre 2016

Les Chroniques de Yelgor : La Nuit de l'Auberge Sanglante chap 11/12




Illustration par Duarb B.

[Chapitre 1 : Le Chevalier]
[Chapitre 7 : Tension !] 
[Chapitre 8 : L'Auberge Sanglante]
[Chapitre 9 : Le Sang de Sol]
[Chapitre 10 : Duels]

Un coup de queue heurta la Noctule dans la poitrine et la projeta contre le mur fragilisé par les flammes. Dans un tourbillon d’étincelles, elle valsa dans les spirales neigeuses du dehors. Elle s’écrasa au pied d’un tronc avant de s’aplatir face contre la couche de poudreuse. Le froid anesthésia l’atroce élancement qui émanait de ses quatre côtes cassées et de son torse lacéré. Le sang jaillissait de ses impressionnantes balafres en un inquiétant flot ininterrompu.

S’aidant de ses membres surnuméraires, le prévôt s’extirpa de l’auberge qui achevait de s’effondrer. Pour chaque coupure que lui administrait son adversaire, de nouvelles branches palpitantes de vie s’ajoutaient à son corps. Il accueillait chaque bourgeonnement de sa chair frénétique comme une bénédiction dont il usait pour harceler son ennemie. Comment pouvait-elle encore espérer vaincre alors qu’une partie de Sol le possédait ?

Alita s’aida de son sabre pour se relever. Elle avait le souffle court et son unique œil valide était troublé par des larmes de douleur qui perlaient sans discontinuer. Zed lança deux nouveaux éperons qu’elle trancha en déplaçant un brouillard de neige, se déportant pour avoir accès à son côté non défendu, mais il avait anticipé la manœuvre. Sa langue reconstituée siffla dans l’air glacial, visant la jugulaire de la Noctule, espérant la drainer de tout son sang.

Alita, surprise par le projectile, interposa sa main de fer. La canule s’infiltra dans un défaut du mécanisme. Zed força son tentacule dans les minuscules roues dentées. Des radicelles bourgeonnèrent entre les pièces métalliques, désorganisant les machines, désolidarisant les engrenages les uns des autres. La chair étrangère infecta la poignée, se fraya un chemin jusqu’à la jonction entre l’acier et le corps de la Noctule. Elle poussa un grognement de douleur. Son atout contre ce blasphème organique se métamorphosait en un grave handicap. Attachée à ce cordon ombilical d’épouvante, elle voyait les interstices de sa main enfler, exsudant une masse protoplasmique rose. Elle trancha son membre artificiel empli de ce suintement infâme qui déformait tous les composants de la prothèse dans son inflorescence délirante. Le contact de l’épée déclencha une imprévisible détonation qui propulsa la Noctule en arrière. Les débris sifflèrent autour d’elle, s’enfonçant dans sa peau.

Elle tituba, le mufle grêlé de petits impacts. Zed chargea sa proie. Il la bloqua enfin entre ses dix pattes griffues. Ses pièces labiales, complexe entrelacement de muscles et de chitine, s’ouvrirent afin de satisfaire la faim dévorante qui le torturait.

Schiscrim luttait contre son ascension dans l’œsophage inversé de la chose cauchemardesque, mais à chacune de ses tentatives, elle se heurtait aux redoutables ergots et un poison subtil s’insinuait sous son épiderme. Elle ressentait déjà des picotements inquiétants au bout de ses doigts. Elle hurla une dernière fois puis une énorme ventouse s’abattit sur sa tête, la plongeant dans le noir. Elle glapit de terreur lorsqu’elle sentit les muscles de la créature lui couper la respiration tandis que des dents effilées comme des rasoirs grignotaient son oreille droite tronçon après tronçon.

La chose l’emportait dans l’air frais du dehors. Perdue dans le puits de chair qui la maintenait prisonnière, elle ne possédait aucun moyen de savoir où elle se situait. Tout juste perçut-elle le gigantesque craquement de l’auberge qui s’effondrait sur elle-même. Elle se débattit de toutes ses dernières forces, s’écorchant encore un peu plus sur les crochets qui tapissaient les muqueuses. Elle se trancha deux doigts dans ses mouvements désordonnés. Plus par instinct que par réel calcul, elle finit par ouvrir sa gueule. Elle attrapa un organe qui palpitait au-dessus d’elle. Un jus immonde coula dans sa gorge tandis que ses canines acérées perforaient la chose. L’effet fut immédiat. Un haut-le-cœur secoua le monstre qui régurgita Schiscrim dans une explosion de fluides gluants.

Empoissée de mucus, Schiscrim glissa dans la neige, reprenant de grandes bouffées d’air. Elle tremblait et pleurait de terreur. Il ne lui restait aucune arme pour faire face au blasphème qui la toisait et au poison qui envahissait rapidement son organisme. Haut perché, l’octopode se balançait dans le vent au rythme des rafales. Un geignement humide émanait de ses profondeurs intimes. Ses neuf yeux injectés de sang, qui n’avaient cessé de pousser comme des bubons sur son visage humain, observaient le ciel. La chose progressa de deux pas en direction de Schiscrim, tournant autour d’elle en attendant que l’intoxication achève son travail de paralysie.

Une brusque fièvre embrassa Schiscrim. Elle possédait encore assez de jugeote pour tenter de se cacher. Elle oblitéra de son champ de conscience la créature hideuse qui glissait autour d’elle pour marcher vers le souterrain. Sa sœur Tigrishka pourrait certainement régler le compte de cette abomination avant qu’elle ne la rattrape. Le froid s’insinuait sournoisement dans tous ses membres, grippant chaque articulation de son corps. Ses vertèbres hurlaient à chaque pas et ses genoux lui lançaient des éclairs de chaleur glaciale qui remontaient le long de ses cuisses jusqu’à sa tête.

Elle avisa les deux pins jumeaux qui marquaient la zone de l’abri. Il ne lui restait plus qu’à composer le code et à avertir les autres. Sa vue se brouilla. Il lui fallut quelques secondes pour réaliser que ses jambes l'avaient lâchée et qu’elle gisait dans la neige. Elle avait aussi perdu tout contrôle sur ses sphincters, se souillant. Elle n’en avait cure. Elle rampa dans la poudreuse. Encore quelques minuscules pas. L’ombre du mage la rattrapa alors qu’elle distinguait dans la nuit la lueur verdâtre du clavier.

Alita avisa d’un coup d’œil la situation difficile de sa fille. Elle enfonça le moignon de son membre mécanique entre les pièces labiales de Zed. Elle envoya une impulsion mentale, relayée par les servomoteurs qui peuplaient la prothèse. Sa propre énergie électrique fut amplifiée et ce qui aurait dû lui permettre de décupler la force de son coup se métamorphosa en une violente décharge qui jaillit des filins de cuivre. L’immense forme de Zed se dressa, possédée par la douleur aiguë qui emplissait sa bouche. Il grogna et ondula, libérant la Noctule de sa prison de griffes de chitine.

Alita courut vers Schiscrim, le sabre à la main, laissant Zed hoqueter. Le prévôt feula, avisant la fuite de son adversaire. Un nouveau membre jaillit, se saisissant de l’occasion ouverte par la distraction de la Noctule pour frapper. L’ouïe exceptionnelle d’Alita capta le déplacement d’air dû à l’attaque. Elle exécuta un retournement qui lui arracha un cri de souffrance, parant le premier assaut, mais une patte de mantidé claqua simultanément sur la Noctule.

Les épines d’os tranchantes pénétrèrent sa cage thoracique en oblique, défonçant les côtes, perforant et déchirant les veines et les artères. Le sang ruisselait le long de ses vêtements en lambeaux en une cascade pourpre. Tout son organisme traversé par une langue de feu froide, Alita s’accrochait au mince fil de survie que lui tendait son sabre vivant. La dizaine d’yeux de braise qui avaient éclos sur le crâne et le cou de Zed de façon anarchique et déplaisante se rétrécirent, savourant l’agonie de sa victime. Il amena d’un mouvement fluide la forme prostrée de sa proie vers ses mandibules qui exsudaient un liquide verdâtre. L’odieuse petite bouche située sur son épaule s’ouvrit pour railler son adversaire.

— Ma chère Alita… Enfin, je vous tiens. Sachez que le temps du jugement arrive. Je vais me délecter de votre mort à tous, bande de créatures démoniaques…




_____________________________________

Un peu de musique pour se mettre dans l'ambiance...

vendredi 4 novembre 2016

Une décennie (plus ou moins) au cinéma part 3 : The Bay de Barry Levinson (2013)

Halloween est passé et bien que l’horreur ultime soit à venir – attendons de voir qui va hériter des cendres des États-Unis entre une Va-en guerre et un Redneck qui ne déparerais pas dans la famille Tronçonneuse – penchons-nous sur ce film qui vaut le détour tant par sa gestion d’un genre qui n’aura pas laissé d’impérissable chef-d’œuvre à la postérité que par son intelligence d’écriture…


La petite histoire des origines de The Bay mérite d’être évoquée : Barry Levinson est contacté par des producteurs pour réaliser un documentaire sur la Baie de Chesapeake dans le Maryland, une zone portuaire en apparence idyllique dont la vie sous-marine a été réduite à néant par une vaste pollution industrielle. Devant ce phénomène pour le moins interpellant, le cinéaste de 70 printemps part sur un coup de sang et le projet mutera en une fiction horrifique à charge contre la négligence humaine dont la virulence du propos n'aurait pas dépareillé dans un classique rageur de la fin du 20ème siècle.

D’emblée, les grands studios sont évacués de la liste des producteurs potentiels. Les noirs desseins de Levinson – pourtant un habitué des films familiaux – ne peuvent trouver leurs pleins développements que dans un micro-budget. Le cinéaste se dirigera vers les auteurs de Paranormal Activity qui lui laisseront les mains libres si celui-ci respecte le style found footage qui a fait leurs succès et leur marque de fabrique.

La difficulté majeure de tous les films appartenant au genre du found footage repose dans la justification obligatoire de l’acte de continuer à tourner alors que la logique basique voudrait que les personnages fuient le danger. De plus, cet impératif absurde de mise en scène entraîne souvent une série de séquences syncopées qui éprouvent les nerfs et l’estomac des cinéphiles les plus cléments. 
C'est la fête dans la petite ville...
 Partant de l’idée de faire la radioscopie d’une ville entière, Levinson arrête les transmissions dès que c'est pertinent et enchaîne sur d’autres situations à l'aide de cuts abruptes. Les caméras de surveillances qui quadrillent l'espace urbain apportent une stabilité bienvenue dans un genre dont la tendance à l'épilepsie demeure un écueil. De fait, malgré les différents formats d’images, on en vient très vite à ne suivre qu’une catastrophe polyphonique. Car le véritable protagoniste de l’histoire c’est bien cette foutue baie dont les eaux charrient une mort lente et atroce forgée de la main même de ses hôtes. Et tant pis si parfois la crédibilité du dispositif en prend pour son grade, le réalisateur remettant son exercice de style dans les rails d’une narration classique pour une dernière scène d’horreur gratiné, l’effet obtenu méritait quelques entorses à la froide logique.

En conséquence, Levinson construit son film autour d’une mosaïque de témoignages de personnages appartenant à la charmante petite ville portuaire dont les festivités du 4 juillet 2012 vont être très salement interrompues par l’explosion d’une bombe à retardement présenté en deux temps. D'abord, les séquences d'exposition s’attardent sur les divertissements nautiques via le reportage d’une aspirante-journaliste et de son cameraman maladroit et le discours lénifiant d’un maire très fier de lui — il a réussi à faire prospérer sa cité en permettant l’installation d’un élevage de poulet en batterie, le tout saupoudré généreusement d’hormones de croissance —, ensuite le cinéaste caviarde ces moments bucoliques de morceaux choisis d'une enquête poursuivie par un activiste écologique qui révèle des montagnes de fiente à l'air libre dont le contenu peu ragoûtant se répand dans la nature sans aucun contrôle sanitaire. En arrière-fond de ces images, on aperçoit une usine de dessalement de l’eau de mer qui alimente tout le réseau potable… Comme dans tout bon film d’horreur, le scénario joue ici avec une virulente ironie dramatique puisque nous pressentons très vite les conséquences logiques et désastreuses de ce cocktail délétère… même si sa forme nous demeure encore inconnue.

Le témoignage de la jeune journaliste via une conversation skype qui sert de fil rouge, nous conduit entre les différents acteurs et victimes impuissantes, dont une équipe d’océanographes qui découvre une infestation massive de poissons par une espèce d'isopode : le Cymothoa Exigua, un parasite dont la caractéristique répugnante est de remplacer la langue de ses hôtes[1]. Caméras de portables, de surveillance tissent une vaste toile d'événements qui saignera une bonne partie de la ville de ses habitants en quelques heures d’horreurs.

La petite bête en question qui parasite les poissons, puis les humains dans la fiction...
Entre les médecins de la petite clinique engorgée par un afflux de malades aux symptômes peu ragoûtants ne correspondent à rien de connu et un CDC pataugeant dans la semoule à cause de révélations à retardement – toute la chaîne de commandement des autorités maritimes en prend pour son grade – rien ne sera épargné aux citoyens de la paisible bourgade et même les enfants tombent comme des mouches. Levinson mène son jeu de massacre avec une implacable logique, les dégâts infligés au corps humain par ses isopodes mutants ne font pas dans la dentelle et certaines séquences flirtent avec l’insoutenable. L’auteur n'a pas dans son panel que le gore, en vieux routard du montage, Levinson use avec un art consommé de la suggestion, comme lorsque deux policiers trouvent un pauvre hère – hors champ – incapable d’émettre un son cohérent puisque les monstrueux arthropodes ont remplacé sa langue et dont nous ne percevrons que les gargouillements associés aux cris d'horreur des gardiens de la paix dépassés par les événements. Très vite, le long métrage amène à s'interroger sur la qualité de son eau du robinet, d’autant que l’élément aqueux est présent dans une quantité faramineuse de plans…

Bien-sûr, le scénario évoque l’indétrônable Les Dents de la Mer avec son environnement maritime et son maire malhonnête, mais toute l’astuce de Levinson a été de s’emparer à bras le corps d’une forme de narration décousue pour en tirer le meilleur. En multipliant à l’infini les points de vue en un emboitement de poupées gigognes, Levinson esquive les discours simplistes et redistribue le poids des terribles événements sur tous les personnages. Car, plus qu’un maire — aussi véreux soit-il — ou une institution c’est tout un système et une mentalité qui est visée par les flèches du cinéaste. A l’heure où nos dirigeants signent le CETA, The Bay nous invite à réfléchir aux conséquences de nos agissements, de nos lapalissades et de notre coupable laxisme.

En cette époque où les super-héros nous font croire en de doux rêves sucrés à notre omnipotence, exaltent les valeurs guerrières de l’homo-capitalus, The Bay est un film presque révolutionnaire par sa volonté de ne s’attacher à aucun personnage en particulier, de les prendre tous comme des échantillons d’humanité avec leurs lâchetés crasses et leurs qualités. Une véritable leçon de cinéma qui vient paradoxalement d’un style qui aura marqué les esprits par sa médiocrité inhérente.

Un cadavre - encore pas trop amoché - dans un film qui ne fait pas dans la dentelle...
 _______________________________________________

[1] - Détail sympathique : certaines de ses séquences ont été tournées sans trucages, la bestiole s’étant apparemment déchainée sur la poiscaille du coin, tuant des milliers d’individus…

lundi 31 octobre 2016

Dessin du Dimanche : Arkady saute ! (Part 1)

Comme c’est la nuit des monstres, je dégaine une Ethel Arkady au feutre qui sera amené à devenir une gravure, puis un motif de tee-shirt (parce que…). 
À suivre…




____________________________________________

dimanche 23 octobre 2016

Bibliothèque des Ombres : Le Cycle de Cybione/Ayerdhal (in Psychovision)

Profitons du fait que la Belgique se soit récemment fait remarquer pour nous intéresser à un écrivain français ayant séjourné une partie de son existence dans le pays du surréalisme, je veux parler de Ayerdhal qui nous quitté il y a quelque temps. Un auteur dont la notion de science-fiction et de littérature de divertissement allait de pair avec des préoccupations politiques sans cesse présente dans la fiction et qui n’a cessé de nous prévenir des dérives du système capitaliste tout en cherchant dans les ornières et les parenthèses, une échappatoire à ce bordel… 

http://www.psychovision.net/livres/critiques/fiche/1346-cycle-de-cybione-le
Pour lire la chronique, cliquer sur l'image.

lundi 17 octobre 2016

Bibliothèque des Ombres : Les Évangiles Écarlates/Clive Barker (in Psychovision)

Retour des chroniques littéraires après une petite absence, avec un auteur dont j’ai pu autrefois admirer la maestria autant à travers ses recueils de nouvelles impeccables – Les Livres de Sang : un des rares ouvrages que je relis avec un entrain toujours renouvelé – qu’avec son univers des sombres merveilles urbaines qu’il a su déployer roman après roman. Un monde où le moindre coin de rue glauque pouvait être une porte d’entrée sur une dimension d’horreurs fantasmagoriques peuplées par des créatures ambiguës et amorales aux codes de conduites complexes. Hélas comme beaucoup d’autres, Clive Barker a vieilli et ce retour à sa saga emblématique qui devait être épique s’avère pour le moins décevant… 

http://www.psychovision.net/livres/critiques/fiche/1345-evangiles-ecarlates-les
Cliquer sur l'image pour avoir accès à la critique.


_________________________________________________

En bonus, la mémorable musique de Chrisopher Young pour le film éponyme...


dimanche 9 octobre 2016

Les Chroniques de Yelgor : La Nuit de l'Auberge Sanglante chap 10/12



Illustration de Didizuka
 
[Chapitre 1 : Le Chevalier]
[Chapitre 7 : Tension !] 
[Chapitre 8 : L'Auberge Sanglante]
[Chapitre 9 : Le Sang de Sol]


Des pans entiers de l’édifice s’affaissaient dans un vacarme cataclysmique. Alita respirait avec difficulté et l’atroce blessure qui lui ouvrait le flanc gauche suppurait d’épaisses perles sanguines qui alourdissaient son pantalon de toile écrue d’une teinte sombre. Fauve à l’architecture indescriptible, Zed sauta sur sa proie, ses bras éclatant pour s’orner de pics osseux.

Alita esquiva deux coups s’achevant sur deux colonnes qui explosèrent en un nuage d’étincelles. La langue pointue, obscène ver annelé se terminant par un cruel éperon décoré de barbillons, jaillit pour frapper. Alita interposa le sabre. Le tronçon de chair palpitante se perdit dans les flammes. Déséquilibré par la destruction de ses structures de soutènement, le plafond grinça avant de s’effondrer dans un soupir minéral. Alita anticipa d’un battement de cœur l’affaissement du second étage et s’écarta d’un pas de danse sur le côté, hors de portée des débris embrasés. Surpris par la douleur qui émanait de sa langue tranchée, Zed réagit avec moins de promptitude. Les décombres écrasèrent l’ex-prévôt dans un sirocco de brasillons et de projectiles pourpres.

Alita avisa ses compagnons d’infortune, horrifiée par l’apparition du mage qu’elle venait de sectionner en deux. L’ignoble chose avait perdu ses jambes, mais les avait substituées par ses côtes métamorphosées en pattes d’araignée. Les entrailles, agitées d’une impossible vie indépendante, dégueulaient hors de la cavité abdominale béante pour enserrer Schiscrim dans leurs anneaux gluants.

Toute la bâtisse gémissait, annonçant son collapsus imminent. Abandonnant Zed à son triste sort, Alita bondit en direction de sa fille adoptive et de Bodre qui souffrait le martyre, cloué au sol par une mauvaise fracture. Grâce au sabre, elle annula un instant la pesanteur, effectuant un saut de plusieurs pieds. Elle s’apprêtait à se jeter à l’assaut du monstre qui tourmentait Schiscrim et à enfin sustenter le métal vivant lorsqu’un épouvantable craquement retentit derrière elle. La masse de chair palpitante à moitié carbonisée de Zed s’élevait du tas de braises. Ses tissus entamés par le brasier sifflaient sous l’action de la chaleur. De larges plaques de peau calcinée donnaient naissance à un bourgeonnement anarchique d’organes inconnus et à des membres surnuméraires atrophiés qui grossissaient à vue d’œil.

Les pics de calcium de Zed s’interposèrent entre elle et ses protégés. Les yeux injectés de sang de l’ignominieuse créature se fixèrent sur Alita. Elle frissonna en observant une bouche jaillir d’une cloque, encore empoissée d’un ignoble mucus blanchâtre.

— Ça se passe entre nous deux, ma chérie !
— Espèce de…

Schiscrim se débattait dans la masse qui l’avait entravée. Elle ne possédait plus qu’une piètre marge de manœuvre et les anneaux gluants compressaient sa gorge, coupant lentement sa respiration. Désespérée, elle mordit les liens visqueux de toute la force de ses mâchoires juvéniles. Un sang pâteux au goût d’ammoniaque jaillit dans sa bouche, manquant de l’étouffer. Les tentacules s’agitèrent autour d’elle, relâchant leur étreinte sur ses jambes et ses bras.

Elle griffa les parois de l’organisme impossible, lui infligeant de profondes entailles. Enfin, la créature la lâcha. Schiscrim bondit à quelques pieds du mage dont la silhouette ne cessait de vibrer et de se métamorphoser. D’une main tremblante, Bodre tendit son casse-crâne à la jeune Kobold. Schiscrim tint fermement le bâton.

La tête à moitié décomposée par l’action de la chaleur lui adressa un ignoble sourire. Ses dents étaient devenues triangulaires et pointues comme celles d’un requin.

— Tu veux te battre, hein petite salope !
— Je ne te crains pas, abomination !

La chose bondit dans sa direction, tous ses tentacules orientés vers elle. Schiscrim esquiva de justesse la charge d’une pirouette, faisant tournoyer son arme autour d’elle. Le poids au bout de la hampe conférait au bâton une force centrifuge qui permettait à Schiscrim de décupler la puissance de ses coups tout en maintenant une giration constante.

Les tentacules de la créature étaient arrachés dès qu’ils tentaient de happer la Kobold. Le mage chassait les débris autour d’eux, élargissant le cercle de leur lutte dans le pandémonium de l’incendie. En arrière-fond, Schiscrim devinait le deuxième duel entre Alita et le prévôt. Son opposant sondait sa défense, perdant à chaque essai des livres de barbaque répugnante.

Le monstre, comprenant qu’il risquait d’égarer des fragments de sa personne s’il persistait dans ses timides assauts, recula puis chargea en direction du mur. Aidé par ses pattes d’araignée, le mage escalada la pente avec une célérité surnaturelle comme un obscène arthropode géant. Des morceaux de maçonnerie se détachaient sous son poids. Il se suspendit, tête en bas, aux parties encore entières du plafond. Schiscrim bloqua le tournoiement de son casse-crâne avec quelques secondes de retard. Des filins poisseux s’enroulèrent autour de son cou et de ses bras, l’obligeant à lâcher son arme. La chose la hissa vers sa gueule béante de lamproie hérissée de crochets suintants de bave gluante, plantés en cercles concentriques le long d’un œsophage géant.

Bodre avisa la situation de ses camarades, paniqués. Si seulement il pouvait avertir ce putain de Chevalier… Quel était son nom déjà, au jeunot ? Le vieux paysan se mordit la joue et agrippa le pied à peu près intact d’une table. À quelques pas de lui, une fenêtre qui n’avait pas encore été obturée par les éboulements bâillait sur les frimas de l’hiver. Il s’appuya sur sa canne improvisée, retenant un hurlement de souffrance lorsque sa carcasse décrépite craqua de tous les côtés et qu’un stylet de givre s’enfonça au creux de ses reins.

Les quelques foulées qui le séparaient du monde du dehors, loin de la folie qui faisait rage dans les derniers murs debout de l’auberge, lui parurent des kilomètres. Des rats de glace rampaient le long de son échine, menaçant de le plier en deux de manière irréversible. La baffe d’une bourrasque de neige le rafraîchit, taisant la douleur le temps de quelques inspirations. Ses mains nues, contractées en une boule autour de son tuteur, blanchirent jusqu’à se confondre avec le tapis de poudreuse. À moitié aveuglé par les larmes qui se métamorphosaient en givre sous ses yeux, il avançait au jugé. Il espérait que cette dernière lutte qu’il menait contre la fatalité qui l’avait toujours frappé changerait la donne.

Alita et lui avaient entretenu – dès la construction de l’auberge à laquelle il avait participé – une longue et étrange complicité. Bodre ne se souvenait même plus de sa vie auparavant tant celle-ci était nimbée des vagues amères du regret. La guerre qui avait ensanglanté tout le pays lui avait pris son lopin de terre et sa famille. La famine puis la redoutable peste de fer avaient emporté tous les siens dans un flot d’horreur. Sa femme avait été une des dernières victimes à succomber, le corps piqueté de milliers d’épines surgissant des profondeurs de sa chair, déchirant ses lèvres et crevant ses yeux avec la lenteur sadique d’un inquisiteur de l’église de l’Unique. Le remède existait, bien sûr ! Les mages du roi Jehan avaient réussi à comprendre la nature de la maladie et à créer un antidote, mais encore fallait-il pouvoir entreprendre le voyage jusqu’à la capitale Tulking-Rox et s’acquitter du prix exorbitant de la précieuse substance.

C’est dans ce cauchemar de tous les instants, dans un petit hameau saigné à blanc qu’étaient apparus la Noctule, son compagnon Jacques le forgeron et toute sa marmaille bariolée. Elle avait administré l’antidote aux villageois qui pouvaient être sauvés. Elle s’était installée dans les profondeurs des bois, à quelques lieues de leurs champs. Malgré les quelques protestations du bourgmestre et du prêtre de l’Unique, les locaux avaient souhaité remercier la Noctule – sans faire le rapport entre cette étrange femme et les héros qui avaient remporté la partie contre les Dieux Noirs – en participant à l’élaboration du bâtiment qui était devenu un point de rencontre pour eux, mais aussi pour d’autres ethnies.

Bodre en avait fait sa seconde maison et rapidement, il avait possédé son couvert et son gîte quand il le souhaitait. Alita ne lui posait jamais de questions, elle lui adressait un sourire et tout était entendu. Il tentait parfois de timides remboursements de son ardoise qu’elle refusait toujours gentiment, mais fermement. Lorsque les premiers clients non humains étaient apparus, Bodre avait manifesté comme les autres locaux un mouvement de recul. Puis, en un imperceptible dégradé des récriminations, la population hétéroclite de l’auberge avait tissé des liens.

Perdu dans ses souvenirs, se tenant à son bâton, Bodre progressait, pas à pas vers la deuxième entrée du souterrain d’Alita. La bougresse n’avait pas choisi tout à fait au hasard le duché de Mabs pour s’établir. Son expérience de mercenaire l’avait mise au fait des secrets dont regorgeait le royaume, notamment ces abris souterrains, vaste réseau de galeries maintenues en état par une magie inconnue au service des nobles d’une très ancienne civilisation dont l’existence se délitait dans les limbes des siècles. Le Chevalier et les quelques survivants de l’attaque insensée du prévôt Zed – les dieux maudissent cette ordure – devaient patienter dans ces boyaux.

Bodre louvoya entre deux pins dont l’éminence se perdait dans les pointillés d’un tapis d’étoiles à peine voilées par la lueur des flammes qui feulaient dans son dos. Il traversa deux lieues à une vitesse d’escargot. Il se damna mille fois pour sa lenteur tandis que ses amies risquaient de se faire tailler en pièces par des monstres issus de l’imaginaire d’un camé à l’huile d’Avtaup. Enfin, il repéra les deux rochers de forme ronde représentant presque Jyzho, le dieu de la félicité et de la gourmandise.

Il se pencha sur la pierre qui masquait la dalle de métal. Le blizzard engourdissait tous ses mouvements. Il n’arrivait même plus à lâcher son bâton, ses doigts désobéissant aux injonctions de son cerveau. Il souffla sur ses mains paralysées. Sa colonne vertébrale craqua une nouvelle fois et il chut sur la surface rêche du granit. Il se fendit la lèvre et perdit deux de ses dernières dents dans un éclaboussement de sang. La conscience de l’urgence de la situation et la douleur continue de sa fracture masquèrent celle du choc.

Incapable de bouger ses doigts pour composer le code qui lui permettrait de s’introduire dans la place forte, Bodre urina sur ses mains, se servant de la chaleur organique qui filtrait à travers les mailles de ses chausses. Le liquide chaud délia brièvement ses articulations blanches. Il poussa de toutes ses forces l’éminence rocheuse. La douleur qui émanait de son dos mordit ses côtes, s’insinua dans tous ses os, le transformant en une boule à vif. Il gargouilla une expression de désespoir puis la masse vibra pour enfin rouler dans la légère déclivité du terrain. Bodre usa de chaque précieux instant pour se pencher sur un pupitre lumineux qui rayonnait dans toute la forêt. Tremblant de tous ses membres, il introduisit la suite d’idéogrammes dans la boîte magique dans l’ordre qu’Alita lui avait enseigné, des années plus tôt.

La dalle soupira et pivota sur elle-même. Bodre plongea dans l’ouverture sombre. La force lui manqua pour s’agripper aux barreaux de l’échelle. Il glissa et tomba une dizaine de pieds plus bas. La douleur explosa dans son dos, l’emportant dans les ténèbres.

_____________________________________

Un peu de musique pour se mettre dans l'ambiance...