lundi 9 octobre 2017

Les Chroniques de Yelgor : La Nuit de l'Auberge Sanglante chap 21/26


Illustration de Didizuka


[Chapitre 1 : Le Chevalier]                                                           
[Chapitre 16 : Ark'Yelïd]
[Chapitre 17 : Des Adieux]
[Chapitre 18 : Le Dauphin]
[Chapitre 19 : Alita]
[Chapitre 20 : L'Arsenal]

Tandis qu’il réfléchissait, Alita avait revêtu une étrange combinaison blanchâtre qui lui collait au corps. Une tunique et un pantalon noir complétaient son accoutrement. Une cape sombre parachevait le tout. Elle glissa ses diverses lames dans les plis de cette dernière, dont une longue chaîne munie à son extrémité d’un ténébreux croissant de lune.

— Bon, j’ai besoin d’avoir un peu confiance en toi, Chevalier. Vu la tournure que prennent les choses, on n’est pas au bout de nos peines.

Il hésita avant de répondre, fixant la pointe de ses bottes.

— Je suis le fils du seigneur de Klov... J’ai un peu plus de seize printemps. Vous êtes satisfaite?

Alita dévisagea le jeune homme un moment puis elle éclata de rire. Sa puissante hilarité résonnait dans l’étrange caverne, ricochant contre les poutres métalliques. Elle se tourna vers lui, achevant de boucler deux ceintures qui contenaient des emplacements pour de curieux objets coniques de taille modeste qu’Eldridge – mort de honte – ne reconnaissait pas. S’agissait-il de Poings de Feu ?

— Tu es bien trop sérieux pour ton âge. Une autre question, pourquoi Jehan…

Alita sortit les cônes de cuivre pour les introduire dans un cylindre prolongeant son arme. D’un mouvement sec du poignet, elle rassembla l’arme en un morceau avec un cliquetis sonore puis elle la glissa dans un étui en cuir.

— Le roi Jehan !
— Pour moi, il restera toujours un traîne-savates crevant la faim et la misère. Bref, pourquoi t’a-t-il désigné toi ?

Alita se couvrit la tête d’un chapeau noir pointu et à larges bords. Eldridge ne voyait presque plus le mufle de la Noctule, seul son œil valide brillait d’une lueur glauque dans l’ombre. Équipée de la cape et de toutes ses armes, elle dégageait une aura menaçante palpable. Eldridge se rassura du mieux qu’il put en caressant la poignée de sa dague. Il comprenait les licences poétiques des bardes et des conteurs lorsqu’il s’agissait de la décrire, car sa présence l’écrasait. Même l’éclairage artificiel s’arrêtait sur son costume pour le transformer en une tache d’encre promettant l’enfer à ses ennemis. Elle ne possédait plus rien de la matrone qu’il avait rencontrée. Il émanait d’elle une volonté glaciale, une aura meurtrière terrifiante. Il avait réveillé un monstre.

— Je… suis le plus âgé de ma promotion. Et le plus doué.
— Nous verrons... Chevalier, sache que je te tiens en partie pour responsable de la destruction de mon auberge. En conséquence, ne t’imagine pas me laisser ton insupportable marmot et te barrer.
— Je n’y penserais même pas. J’ai eu l’ordre de le mener à bon port par le Sénéchal en personne !
— Bien ! Je vais vous conduire vers les Hautes Marches, plus exactement au mont Auroch. Mon frère y possède ses quartiers.
— Attendez, la seule piste qui existe passe par…
— Oui, on va traverser la ruche des Araknees ! Je doute que les hordes fanatiques de Vanakard nous suivent dans le nid.
— Et ils auront raison ! On va se faire allumer tellement vite qu’on n’aura pas le temps de…
— Chevalier, je peux parlementer avec la reine... Nous aurons alors avec nous une créature à huit pattes, c’est-à-dire plus de chances de vaincre Vanakard et les siens qu’avec deux pelés et trois tondus, surtout s’il détient encore d’autres saloperies comme celles qui ont détruit mon auberge…

Tout en devisant, ils descendirent de la cellule pour atteindre une pièce située au rez-de-chaussée. Eldridge réalisa qu’ils s’approchaient des étranges créatures qu’il avait entrevues. Alita claqua des doigts, révélant deux énormes formes qui le surprirent. Elles auraient pu être vivantes, mais aucun souffle n’agitait leurs flancs. La lumière se réfractait sur leurs courbes d’ébène, se perdant dans des interstices et des jointures sombres. Les têtes aux yeux éteints, perles d’obscurité, le toisaient de toute leur hauteur. Alita se pencha sous le ventre de la plus grande des sculptures d’acier et enclencha un mécanisme. Aussitôt, les plaques qui les constituaient vibrèrent de concert tandis que le moteur situé à l’intérieur chauffait en ronronnant. Quelques minuscules grincements se firent entendre lorsque l’automate s’avança vers Eldridge. Des paupières métalliques coulissèrent dans un crissement désagréable et une lumière jaune perfora ses iris. Les sabots claquèrent contre les rivets du sol, donnant naissance à des gerbes d’étincelles. La bouche du monstre s’ouvrit, dévoilant une denture cauchemardesque. Eldridge recula, s’apprêtant à dégainer son épée. Quelle était cette abomination ? Il n’avait jamais vu ça ! Ayant compris son intention de mettre lame au clair, l’automate tendit sa crinière d’épines dans sa direction.

— Ami ou ennemi ?
— Ami, Foudre… Ne t’inquiète pas.

Tandis qu’Eldridge ouvrait des yeux ronds, horrifié par le timbre du golem, Alita flatta son encolure, ignorant l’incongruité de son geste. Elle installa une antique selle sur le dos de la monture d’acier, faisant fi de sa nature blasphématoire.

— Eh bien ? Ne reste pas à bayer aux corneilles, Chevalier. Son compagnon est pour toi. Je n’ai pas d’autres créatures dans ce genre, malheureusement…
— Comment est-ce qu’elles…
— Je les ai trouvées pendant mes voyages. Encore un cadeau des « Anciens ». Va savoir pourquoi ils ont inventé de telles créatures. Les chevaux étaient peut-être rares à leur époque, à moins qu’il ne s’agisse d’un snobisme des nobles ? Toujours est-il qu’elles m’ont rendu bien des services…

La Noctule continua de parler à Foudre, comme elle le nommait. Eldridge, tremblant, progressa vers la seconde statue qui attendait dans son immobilité minérale. Ses entrailles se nouaient, car il ne pouvait se défaire de la sensation de commettre un terrible blasphème. Il tâta les flancs froids, ses doigts courant sur leur surface en peinant à trouver quoi que ce soit qui puisse l’aider à comprendre comment la vie pouvait embraser l’acier. Où se dissimulait donc le simulacre d’âme de cette chose ? Il crocheta une proéminence et tira dessus, mais lorsqu’elle commença à quitter sa loge, il changea de stratégie. Il réajusta le morceau dans sa cache et tourna. La pièce pivota sur son moyeu. Il exécuta deux torsions de droite à gauche. Alors qu’il espérait que la mécanique soit trop antédiluvienne pour fonctionner, un jet d’air chaud le frappa au visage et un frisson sismique fit coulisser les vérins et les écailles d’acier entre elles. Les moteurs entrèrent en action. Un ronronnement s’exhala de la sculpture palpitante. Enfin, ses pattes cognèrent le sol avec impatience.

Eldridge quitta sa position précipitamment. Ses yeux captèrent les éclats lumineux du cheval artificiel. Il eut quelques instants la sensation de choir dans un abîme jaunâtre. Des mains s’emparèrent de son épine dorsale, lui vrillant la tête. L’impression douloureuse s’éternisa pendant ce qui lui parut de longues éodes. Il tituba hors du regard inquisiteur de son golem et tomba à genoux en s’ébrouant pour dissiper le malaise. La créature progressa de quelques pas puissants dans sa direction, puis une voix rugueuse l’interpella.

— Vous allez bien, maître ?
— Je…
Eldridge ne savait s’il devait répondre dans sa tête ou parler distinctement au cheval. Il avait l’habitude de causer à ses montures, mais elles ne répliquaient jamais.
—    Je… oui, je vais bien…
— Bien, maître. Je dois vous informer que je suis un Dorset, modèle Masd 2. Je possède des déflecteurs de force, un champ magnétique pouvant durer douze zesenelles ainsi que quatorze spectres. Je peux atteindre des vitesses de pointe de septante-six noyons.
— Qu’est-ce que…
— Mon précédent propriétaire me nommait Orage. Souhaitez-vous me donner un autre patronyme ? À moins que celui-ci ne vous convienne ?
— Euh…

Alita rangea ses affaires dans ses fontes, avant de se retourner vers Eldridge.

— Vous feriez bien de lui répondre. Plus vous lui parlerez, plus il pourra s’adapter à vous…

Indécis, Eldridge se gratta la tête un moment. Voulait-il garder le nom de cette créature ? Il eut une pensée pour sa propre monture qui devait à présent avoir été digérée par les ruffians.

— Pourquoi pas ? dit-il en flattant l’encolure de la bête. Je ne sais pas à qui tu appartiens, mais on fera un bon bout de route ensemble…

_____________________________________

Un peu de musique pour se mettre dans l'ambiance...

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire