lundi 20 novembre 2017

Les Chroniques de Yelgor : La Nuit de l'Auberge Sanglante chap 22/25

Illustration par Didizuka

[Chapitre 1 : Le Chevalier]                                                           
[Chapitre 16 : Ark'Yelïd]
[Chapitre 17 : Des Adieux]
[Chapitre 18 : Le Dauphin]
[Chapitre 19 : Alita]
[Chapitre 20 : L'Arsenal]
[Chapitre 21 : Chevaux d'Acier]

Tigrishka éprouva un instant de lassitude. Elle ne s’était pas reposée depuis qu’elle avait combattu l’horreur qui avait dévoré sa sœur, noyant dans une surcharge d’activités les regrets qui la torturaient. Elle se flagellait de ne pas être intervenue plus tôt, mais elle n’avait pas eu les moyens de réaliser la gravité de la situation tant elle était occupée par les rescapés. L’organisation de l’abri grouillant d’une foule bigarrée ainsi que les velléités autoritaires de son frère Yvain l’avaient distraite plus que de raison. Lorsque le Dauphin la tira par la manche, interrompant son dialogue et le fil amer de ses pensées, elle esquissa un mouvement de défense, manquant d’envoyer une volée labourer les joues encore pleines du gamin. Elle devinait que sa queue s’ornait de poils hérissés. Le vieux Gobelin – Labouk – orienta ses yeux globuleux vers le jeune homme.

— Qu’est-ce que tu veux ? gronda Tigrishka, s’efforçant de rentrer ses griffes dans leurs fourreaux de chair. Tu es guéri ? C’est très bien, mais je n’ai pas le temps de m’occuper de toi pour le moment…

Le Dauphin ouvrit la bouche, mais seul un pitoyable miaulement s’échappa de ses lèvres. Le genre de cri que son père aurait fait jaillir de la gorge de cette Sylvestre arrogante. Il serra les poings de rage contre sa tunique. Il détestait ce voyage et ces gens malpropres lui déplaisaient au plus haut point.

— Bon, tu ne peux pas encore parler, soupira Tigrishka en le toisant. Mais c’est pas une raison pour nous embêter !
— Qui c’est au juste, ce mouflet ?

Le Gobelin contemplait le Dauphin qui se sentait sali par le contact oculaire de cette créature de basse extraction. Tigrishka soupira de nouveau. Sa mère ne lui avait donné que des informations parcellaires.

— D’après ce que j’ai compris, c’est le fils du roi Jehan.
— Oh ! je vois… C’est vrai que ça va mal dans la capitale. Beaucoup de gens remettent en cause sa légitimité. Ça et les explosions de sigils piégés dans les rues… Mais pourquoi nous a-t-on amené le bâtard royal ? Après tout, il n’y a pas que des partisans de Jehan dans le coin, loin de là…
— Ça, il faudra le demander à ma mère. Apparemment, elle le connaissait autrefois.
— Impossible ! Pour qu’une Noctule comme elle connaisse le roi, il aurait fallu qu’elle participe à la guerre contre les Dieux Noirs contre son camp...
— Tu y as participé, toi ?
— Ouais, mais je n’étais que dans les postes reculés des marais. Et crois-moi que si j’avais ce putain de roi en face de moi, j’aurais deux ou trois choses à lui dire sur la présence de SES hommes dans NOS marais… Bref, je n’ai pas vu de Noctule.
— Elle ne parle pas beaucoup de son ancienne vie, grommela Tigrishka. Elle nous a appris à nous battre, mais elle n’a jamais dit d’où elle connaissait tout ça.
— Cette histoire pue. Crois-en un vieux Gobelin. Quand on en saura plus, crois-moi, on sera dans une telle mouise que cette soirée nous paraîtra idyllique. Pour ceux qui seront encore en vie, bien sûr.
— De toute façon, on n’a pas le choix, il faudra faire quelque chose pour Vanakard.
— Cet imbécile…

Le Dauphin en avait assez de cette conversation qui attisait les braises de sa migraine. Il tira de façon plus insistante sur la manche de Tigrishka. Elle lui jeta un regard noir, ses babines se retroussant sur ses crocs. Elle s’empara de sa main.

— On se retrouve dans le grand réfectoire, Labouk. Réunis les hommes de ton clan. Je crois que tu vas savoir de quoi il retourne.
L’attention de Tigrishka se focalisa enfin sur le Dauphin.
—    Quant à toi, tu m’accompagnes !

Elle l’entraîna à sa suite. Le Dauphin tenta bien de s’arracher à sa poigne, mais les coussinets de la Sylvestre s’étaient transformés en un étau qui l’enchaînait à elle. Il grogna du mieux qu’il put, protestant contre ce traitement, mais rien n’y fit. Tigrishka traversa une volée d’escaliers et des couloirs étroits uniformes. Lorsqu’il réalisa qu’elle l’avait lâché dans une immense pièce enfumée, une dizaine de visages rougeauds le dévisageaient. Il distingua d’énormes casseroles à travers une épaisse bruine de cuisson, siège d’une intense activité volcanique. Des silhouettes vaporeuses s’agitaient en tous sens en un vaste ballet chaotique. Bientôt, une cohorte d’êtres se dirigea vers eux. Il essaya de filer, mais la Sylvestre, attentive au moindre de ses mouvements, lui coupa toute échappatoire.

Des matrones, de vieux briscards aux oreilles mâchouillées, des visages zébrés de cicatrices et de rides, des Gobelins verruqueux le cernèrent de toutes parts. Cette horde puant la graisse, les émanations de cuisson et la sueur rance, se poussait des coudes, s’amusant de lui, se nourrissant de sa désorientation passagère. Des rictus cauchemardesques tordaient leurs bouches grotesques aux dents manquantes. Quelques lagomorphes impassibles débitaient des légumes à une effrayante vitesse à l’aide de leurs incisives démesurées. Ils portaient tous des tabliers blancs. Ils relevaient parfois les yeux pour apercevoir la nouveauté qui distrayait la vie de la cuisine avant de retourner à leurs occupations. Une lueur d’intérêt malsaine pétillait au fond du regard de tous ceux qui cernaient le Dauphin. Il retint une très forte envie de chier. L’odeur nauséabonde qui l’enveloppait provoqua un haut-le-cœur qu’il contint avec un effort de volonté, ravalant la bile âcre qui remontait de son estomac.

— Vous aviez besoin d’un apprenti ? Je crois que ce garçon doit se faire une petite idée de l’existence.

Le Dauphin ne savait plus où se mettre. Il tenta de s’éloigner du groupe d’adultes, mais le plus grand d’entre eux s’approcha de lui.

— C’est qui cette croquette ?
— Peu importe. Faites-lui faire le service.
— Écoute, Tigrishka, on est tous redevables d’une façon ou d’une autre à ta mère, mais on aimerait pouvoir retourner à la surface. Surtout, je n’ai pas les dons de ton pè…

Tigrishka tendit la patte vers lui. Elle contempla le visage sévère du lagomorphe.

— Je n’ai pas encore eu le temps de le pleurer. Il n’y a que ma mère et le Chevalier qui savent ce qu’il faut faire pour Vanakard. En attendant, autant manger un peu et s’organiser. Je vais voir les clients dans la grande salle. D’ici à ce que tout soit prêt, tu peux faire travailler « la croquette ».

Les hommes, les femmes et d’autres créatures se serrèrent autour du Dauphin qui frissonna dans ses chausses. Le plus imposant des cuistots lui adressa un sourire torve. Il s’empara des mimines royales de ses puissantes pognes rêches.

— Mes gens ! Alors toi, tu n’as jamais dû bosser un seul jour de ta vie. C’est quoi ton blaze ?

Le Dauphin gargouilla une éructation à peine sonore. L’homme pencha sa tête, faisant semblant d’écouter puis il émit un long rire tonitruant. Il haussa les épaules et se tourna vers ses ouailles.

— Eh bien ! Je ne pense pas qu’on en tirera grand-chose. Je vais t’appeler « la potiche ». Bon, la potiche, tu vas prendre les plateaux et commencer à faire le service. C’est peut-être la fin du monde, mais on ne partira pas le ventre creux. Il n’y a rien de tel qu’un gueuleton avant de se foutre sur la gueule !

Ce faisant, le gros cuistot le conduisit en le poussant vers une longue file de plateaux bourrés d’écuelles en terre dans lesquelles clapotait un rata fumant indéfinissable. Chacun épiait ses réactions avec un intérêt gourmand, mais le Dauphin ne pouvait se résoudre à exécuter les besognes des esclaves.

— Eh bah ! Allez, la potiche ! C’est pas bien compliqué, tu sais ! Tu prends les plateaux, tu les descends dans la salle qui se situe juste à ta droite après l’escalier. Vas-y. Allez !

L’homme lui colla une tape au derrière qui résonna dans toute la pièce. Le Dauphin poussa un petit cri étranglé de surprise. Ses fesses le chauffaient et il bouillait de rage sous le coup de l’humiliation. Observant avec défiance le cuistot et ses sbires, il s’empara de sa charge, redressant la tête. Le poids le décontenança, mais il se força à conserver une allure princière. Son attitude altière stupéfia ses tourmenteurs qui se turent avant de retourner à leurs tâches. Le Dauphin se plierait à leur volonté, le temps de recouvrer sa voix. Puis il userait de son autorité naturelle pour mettre tout ce beau monde sous sa coupe, se vengeant dans la foulée de la Noctule et de Tigrishka.

Il descendit une volée d’escaliers en colimaçon, ses bras l’élançant sous le poids du plateau. Derrière lui, il percevait des mouvements d’autres personnes qui l’accompagnaient pour faire le service. Les plans de l’abri le déconcertaient. Tout lui paraissait illogique par rapport au palais de son père. Le jeune garçon flottait dans une imprécision déroutante, mais paradoxalement, il avait enfin trouvé un but à son existence, une donnée qui le sublimait et conférait une certaine importance à ses gestes. Il avait traversé un tunnel angoissant pour en ressortir grandi. La Noctule lui avait presque rendu service en l’attaquant.

Il déboucha dans la grande salle du réfectoire. L’endroit s’étendait à des lieux de distance et la foule bigarrée échappée de l’auberge ne parvenait pas à le remplir. Ils s’étaient tassés entre eux dans un réflexe grégaire, n’occupant que quelques tables dans le coin droit. La luminosité artificielle lui perçait les rétines, titillant encore la douleur qui chatouillait son front depuis son réveil. Il posa le plateau devant un vieux lagomorphe qui bavait un peu. La créature humanoïde le remercia d’un signe de tête sans le reconnaître. Les quelques autres serviteurs distribuaient aussi les plats devant les gens qui s’attablaient aussitôt, engloutissant le rata et l’hydromel, mastiquant bruyamment leur portion tout en jetant parfois des interjections au sujet de la politique locale et de leurs inquiétudes.
 

_____________________________________

Un peu de musique pour se mettre dans l'ambiance...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire